Meet-Up : Web Tracking
X
Live étudiants 15/06
Echangez avec nos étudiants le 15/06 à 18h30 !
En savoir plusJe m'inscris
Brochure ESGI
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge
Une question ?
L'ESGI vous recontacte !
Être recontacté

Meet-Up : Web Tracking


Actualité publiée le 12 mai 2022

Le Web Tracking est une technique marketing B2B qui consiste à identifier les visiteurs d’un site à partir de leur adresse IP, puis à reconstituer leur parcours, à des fins d’analyse marketing et de relance commerciale. Yanis FENICHE, Johan TRAVERT, Abdellatif CHALAL, trois étudiants en 5e année Ingénierie du Web à l’ESGI ont choisi cette thématique pour leur Meet-Up, notamment grâce à ses nombreux usages marketings et commerciaux.

 

Web Tracking

Préparer la conférence

 

L’objectif principal pour ces étudiants était de trouver des intervenants qualifiés mais surtout passionnés par le Web Tracking. Cette recherche était un élément clé pour le bon déroulement de la rencontre. Après avoir passé un bon moment à parcourir Linkedin, les étudiants ont fini par trouver deux personnes compétentes et passionnées pour animer leur Meet-Up. Pendant leur préparation, ils ont dû expliquer les objectifs de la conférence en ligne aux conférenciers ; partager leur passion de manière à intéresser un maximum d’étudiants à se pencher plus en détails sur le fonctionnement du Web Tracking.

 

Un échange informel

 

Pour ce Meet-Up, le format choisi a été de faire un échange très direct entre les conférenciers et les étudiants, de manière relativement informelle. N’importe qu’elle personne présente avait la possibilité de poser la question de son choix, et les intervenants répondaient en toute franchise. Loin d’une conférence classique, ce format a permis de découvrir en détails le principe du Web Tracking et tout ce qui s’en rapproche de près ou de loin.

 

A travers cette conférence en ligne, tout le monde a eu l’occasion de découvrir un sujet dont on parle peu, avec l’aide de personnes compétentes dans le domaine. Au fil de la conversation, toutes les interrogations des étudiants ont été levées.

 

« Le fait que ça se déroule comme tel, à peut-être donné une impression de plus de naturel et de partage de connaissances personnelles de la part des intervenants, mais nous espérons que les spectateurs qui ont suivi la conférence ont pu rester attentif et apprendre de ce qui était dit. »

Yanis FENICHE, étudiant en 5e année Ingénierie du Web

 

 

Cette expérience a permis aux trois étudiants organisateurs de découvrir les difficultés liées à la préparation et l’organisation d’un événement. Ce fut aussi l’occasion d’en apprendre davantage sur un sujet qu’ils apprécient particulièrement.

Mastère Ingénierie du Web : quels débouchés ?


Actualité publiée le 9 mai 2022

L’ingénierie du web regroupe les outils et les méthodes de conception et de développement des applications web ou mobiles. L’essor du secteur est fulgurant et le domaine recrute massivement. En quoi consiste un mastère en Ingénierie du Web et quels sont les débouchés à l’issue de la formation ?

Mastere IW

Mastère en Ingénierie du Web : qu’est-ce que c’est ?

 

Les spécificités de l’ingénierie du web nécessitent que les professionnels qui exercent dans le secteur fassent preuve de plusieurs compétences :

 

– L’expertise des langages de développement.

– La gestion de projets web de plus en plus complexes.

– La connaissance business.

 

Un bon mastère en Ingénierie du Web doit prendre en compte plusieurs pôles d’apprentissage qui garantissent la construction d’un solide socle de compétences pratiques. Le programme doit comporter l’étude :

 

– Des outils et de l’environnement web. Les étudiants doivent étudier les diverses solutions de versioning ou les environnements numériques de travail collectif.

– Des techniques d’analyse, de conception et de gestion de projets web. Les professionnels de l’ingénierie du web sont amenés à effectuer des tests fonctionnels de leurs interfaces. Ils sont aussi les garants de la performance et de l’optimisation de leurs produits finis, ils doivent donc maîtriser les techniques et les outils d’analyse de leurs propres productions.

 

– Des technologies web et les frameworks. La maîtrise de certains outils est requise par les recruteurs du secteur, comme Javascript, Node JS ou React (et React Natif) .

– Des stratégies et les méthodes de communication en ligne.

 

Suivre un mastère en Ingénierie du Web doit permettre d’assurer une veille stratégique du secteur web, afin de pouvoir proposer des solutions techniques à une situation problématique.

 

Comment choisir un mastère en Ingénierie du Web ?

 

Forts d’une formation complète et cohérente, les étudiants diplômés d’un mastère en Ingénierie du Web reconnu par l’État et par la profession sont capables d’intégrer immédiatement des postes à responsabilité, comme :

 

– Consultant e-business.

– Chef de projet web.

– Ingénieur R&D.

– Consultant en commerce électronique.

– Directeur du pôle Digital d’une structure.

– Ingénieur Web et Nouvelles Technologies, etc.

 

Afin de s’assurer un emploi à l’issue de son parcours universitaire, il faut opter pour le bon mastère en Ingénierie du Web. La qualité et les contenus des apprentissages au programme de la formation sont bien évidemment à vérifier, et il en va de même pour le fonctionnement et la pédagogie de l’école qui propose le mastère.

Il est vivement conseillé d’opter pour un établissement spécialisé dans le génie informatique. L’ingénierie du web est une discipline qui s’apprend par la pratique, il faut donc que l’établissement ait conscience de cette spécificité et qu’il offre à ses étudiants des occasions d’apprendre sur le terrain. À titre d’exemple, le Mastère Ingénierie du Web de l’ESGI bénéficie de la pédagogie de haut niveau de l’établissement, ainsi que de la modalité de l’apprentissage en alternance.

 

Il est important de débuter son parcours universitaire en intégrant un Bachelor en informatique, afin d’évoluer dans la filière et de suivre sereinement le programme d’un bon Mastère en Ingénierie du Web.

Quelles sont les étapes clés dans le management de projet ?


Actualité publiée le 5 mai 2022

 Management

 

Le management est un regroupement de diverses disciplines, outils et méthodes qui visent à piloter les activités de plusieurs équipes en vue de la réalisation d’un projet professionnel commun. Ce processus, très technique, comprend plusieurs étapes : quelles sont les principales phases à connaître pour réussir dans le management de projet ?

 

Management de projet : des étapes préliminaires à ne pas louper

 

Les étapes de lancement et de planification sont cruciales afin d’établir une base solide sur laquelle développer toutes les opérations nécessaires à la mise en œuvre de son projet.

 

Le lancement correspond à la première phase, où les clients et l’entreprise prestataire définissent leurs objectifs et les outils qui permettront de les atteindre. Elle débouche généralement sur la rédaction d’un cahier des charges, qui résume les buts à atteindre, les moyens mis en œuvre, le budget général et les délais à respecter.

 

Par exemple, dans le cas d’un projet informatique qui vise à créer une application web, cette étape doit comprendre des éléments spécifiques qui requièrent que les professionnels du management comprennent bien les leviers et les contraintes de ce secteur. Ils seront amenés à déterminer le public cible de la plateforme, le contenu du site (et donc ses conséquences au plan de la programmation), les moyens d’accès (avec un compte d’utilisateur, ou non), etc.

 

La planification est cruciale dans le management de projet, car elle permet de poser des objectifs mesurables et d’encadrer les opérations avec des étapes intermédiaires. Pour les experts du management de projet en informatique, c’est le moment de distribuer les diverses tâches aux membres de leurs équipes : création des interfaces de compte, élaboration des processus en back-end ou de l’esthétisme en front end, etc.

 

Management de projet : au cœur des opérations d’exécution

 

Les professionnels du management de projet suivent toutes les phases d’élaboration, ils sont donc aussi présents au moment de l’exécution des opérations. Cette étape s’accompagne d’un grand nombre d’outils spécifiques, comme des progiciels, des analyses, des réunions, etc. Les professionnels du management de projet mesurent alors la progression des activités de leurs équipes afin de toujours les orienter vers la recherche des objectifs définis au cahier des charges.

 

À titre d’exemple, dans le domaine informatique, les managers peuvent tout à fait vérifier la fonctionnalité des projets que leurs équipes développent. Ils assurent ainsi une mission de contrôle technique en procédant eux-mêmes aux tests des diverses versions.

 

Terminer son projet : la phase de clôture

 

Clôturer un projet nécessite que l’expert en management vérifie certains points essentiels. Toujours dans le milieu informatique, cela signifie procéder à des tests techniques, déterminer les points d’erreurs de programmation (s’il y en a) et identifier les méthodes concrètes pour les solutionner. La clôture d’un projet requiert aussi d’effectuer des retours d’expérience avec ses équipes. 

 

Les étudiants de l’ESGI sont formés aux techniques du management de projet spécifiques à leur discipline d’expertise. Les cursus proposent tous de découvrir et de maîtriser les meilleures méthodes, comme SCRUM ou AGILE. À l’occasion de leurs stages en immersion, ou grâce à la modalité de l’apprentissage en alternance, ils vivent sur le terrain ces diverses étapes aux côtés des experts informatiques en poste.

 

Les techniques et les étapes du management de projet s’adaptent à tous les secteurs : industrie, communication, informatique, et même agro-alimentaire.

Les métiers de la cybersécurité


Actualité publiée le 2 mai 2022

metiers SI

Head of Conix SEC & Cyberdefense Instructor et ancien étudiant de l’école ESGI Paris, Mouhédine HABACHE nous présente les métiers de la cybersécurité tels qu’ils évoluent aujourd’hui.

 

Utiliser le terme de « consultant cybersécurité » pour parler des métiers de la cybersécurité est aujourd’hui un non-sens. Nous affirmons à la suite de notre retour d’expérience et aux différentes publications des acteurs de la cybersécurité qu’il n’existe pas un, mais plusieurs métiers de la cybersécurité. D’après l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), il existe principalement trois grandes familles des métiers de la cybersécurité, voici notre vision.

 

Premièrement, nous avons les métiers contribuant à la gestion de la sécurité, sa gouvernance ainsi que son pilotage. Nous nous trouverons les rôles de directeur de la cybersécurité, de responsable de la Sécurité des Systèmes d’Information (RSSI) ainsi que le rôle de responsable de projet de sécurité.

 

Nous avons aussi les métiers de conception et de maintiens en condition opérationnelle et de sécurité d’un système d’information. Nous évoquerons ici le rôle d’architecte sécurité, de spécialiste d’un domaine technique (système, réseau, composants industriels, IoT, Active Directory, Cloud, IAM, Intelligence artificielle, etc.), d’administrateur (antivirus, sondes de détection, pares-feux, etc.) et d’auditeurs.

 

Pour finir, et non des moindres, les métiers liés à la détection et à la réponse aux des incidents de sécurité regroupant aussi bien les métiers de SOC (Security Operation Center) et du CERT (Computer Security Incident Response Team). Les équipes en question regrouperont les métiers d’opérateur SOC, d’analyste réponse aux incidents de sécurité, d’analyste de la menace cybersécurité.

 

 

Évidemment cette liste des métiers n’est pas exhaustive, elle dépendra de l’organisation de chaque structure, de ses projets, des humains ainsi que des moyens engagés.

Quelles études pour devenir chef de projet web ?


Actualité publiée le 28 avril 2022

Le chef de projet web prend en main l’intégralité d’un plan de conception d’un produit numérique : création ou refonte de site web, d’application, de plateforme digitale, etc. Dans le cadre de son travail, il est amené à collaborer avec son client commanditaire et ses équipes techniques. Quelles études a suivi ce professionnel de l’informatique ?

projet web

 

Quelles études pour développer les compétences d’un chef de projet web ?

 

Le chef de projet web est un encadrant qui gère un projet informatique dont il connaît parfaitement les contraintes économiques et les besoins marketing. Il travaille sur des instruments techniques très variés et est en mesure de proposer des produits de toutes les formes : sites, portails, applications mobiles, etc. Il sait aussi quelles sont les opérations à mettre en place afin de promouvoir efficacement son projet : buzz-marketing, campagnes en ligne, etc.

 

Au cours de ses études, il a développé des connaissances pratiques incontournables pour mener à bien ses missions :

 

– Conduire un entretien avec son client commanditaire afin de définir ses besoins.

– Évaluer et déterminer la faisabilité d’un projet et sa pertinence.

– Produire d’un cahier des charges et déterminer d’une ligne éditoriale.

– Concevoir un plan de production, les plannings et les budgets du projet.

 

Les étudiants qui souhaitent exercer en tant chef de projet web doivent donc privilégier des études leur permettant de développer de véritables compétences en gestion et en suivi de projet. Il leur faut cultiver leur esprit d’analyse et effectuer une veille constante du secteur informatique afin de toujours proposer des projets innovants et de qualité.

 

Le chef de projet web exerce généralement dans une filière de spécialisation : chef de projet SEO, e-commerce, éditorial, intranet, etc. Cette discipline de prédilection dépend à la fois des études qu’il a choisies de suivre et de son expérience professionnelle.

 

Chef de projet web : des études supérieures spécialisées

 

Les études du chef de projet web doivent donc lui permettre de développer des savoir-faire spécifiques au domaine de l’informatique et du web. Il est conseillé aux étudiants désireux de faire carrière dans le domaine de privilégier une formation en alternance.

 

Des études qui suivent ce rythme d’apprentissage par la pratique offrent aux futurs chefs de projet web de développer des méthodologies professionnelles afin d’être en mesure de véritablement piloter une équipe selon les bonnes méthodes de management.

 

Idéalement, afin d’exercer comme chef de projet web, il faut suivre un parcours d’études dans l’informatique au sein d’un établissement spécialisé. Ce cursus doit se dérouler en deux cycles : un premier jalon qui constitue un tronc commun et un cycle de spécialisation en ingénierie du web. À ce titre, l’ESGI, l’école de référence pour les formations informatiques en alternance, propose un PGE spécialisé qui permet de trouver un emploi de chef de projet web à l’issue de ses études.

 

Après seulement cinq années d’expérience professionnelle, le chef de projet web est en mesure d’obtenir une rémunération qui se situe entre 45 000 et 65 000 euros annuels bruts.

Meet-Up : La place de l’e-learning dans l’informatique


Actualité publiée le 26 avril 2022

ESGI_MyGES_Meetup_elearning

Quatre étudiants de la filière Ingénierie du Web de l’ESGI, Taopol Berquer, Thibault Dargent, Rémi Brat et Ludovic Collignon ont décidé d’organiser un Meet-Up sur la place de l’e-learning dans l’informatique. Si cela a été pour eux uné évidence de choisir ce thème pour leur Meet-Up, c’est tout simplement car ce dispositif d’apprentissage à distance est un moyen d’acquérir des compétences rapidement et souvent gratuitement, mais largement sous-estimé.

 

Développer ses compétences avec l’e-learning

Pour leur Meet-Up, les étudiants ont dû partir à la recherche d’intervenants. Après plusieurs semaines, ils ont trouvé trois personnes pour intervenir dans leur Meet-Up. Pour rentrer dans leur thème, c’est Valentin Froidefond, développeur iOS depuis 3 ans, actuellement chez Yubo, qui a pris la parole.

 

Valentin a commencé le développement à 16 ans avec le langage C en utilisant la plateforme OpenClassrooms. Il a utilisé continuellement le e-learning dans son parcours en complément de sa formation à l’IUT. Cette méthode de travail lui a permis de développer ses compétences et de se former sur des langages qui n’étaient pas forcément abordés dans sa formation. Il a expliqué avoir suivi une formation en alternance chez AdopteUnMec.com en suivant une formation de développement iOS chez OpenClassrooms. C’est comme ceci qu’il est passé d’étudiant à mentor OpenClassrooms pour accompagner et enseigner aux étudiants.

 

Des exemples concrets

Le deuxième intervenant de ce Meet-Up, Jérémie Devin, est un mentor OpenClassrooms qui a souhaité partager son expérience avec l’e-learning à travers des exemples concrets. Il a utilisé comme exemple notamment Pôle Emploi et le marché du travail. Il s’est aussi penché sur le profil de deux étudiants en reconversion professionnelle. C’était très instructif et intéressant pour les étudiants d’avoir ces exemples qui mettent parfaitement en situation les avantages mais aussi les limites de l’e-learning. Ils ont pu découvrir toutes les facettes d’un mode d’apprentissage particulier.

 

Pour terminer cette rencontre, c’est Dario Spagnolo qui s’est présenté aux étudiants de l’ESGI. Il a lancé en 2016 l’école O’clock, la première formation télé présentielle au métier de développeur web. Le concept de l’école O’clock est fondé sur la formation à distance. Dario propose à ses étudiants et ses enseignants un logiciel maison comparable à Teams ou Google Meet, permettant la représentation d’une classe virtuelle.

 

A travers les différentes interventions, ce Meet-Up a été très enrichissant pour les étudiants, qui ont pu dévouvrir l’e-learning sous toutes ses formes.

Quelles différences entre les BDD SQL et les BDD no SQL ?


Actualité publiée le 21 avril 2022

Le sigle BDD signifie « bases de données ». Il en existe deux grands types : les BDD SQL et les No SQL. Quelles sont les différences ?

SQL

Une BDD, qu’est-ce que c’est ?

Une BDD, pour base de données, permet de stocker des informations afin de les traiter et de les utiliser ultérieurement. Elle prend la forme d’un ensemble de fichiers qui sont gérés par un serveur. Afin d’accéder aux informations que ce système comprend, l’utilisateur se connecte via une interface client, comme MySQL ou Oracle.

 

Base de donnée SQL : fonctionnement

Le SQL, pour Structured Query Langage est un code de programmation qui permet de gérer les données d’une BDD. Ce système est considéré comme une interface relationnelle, qui offre de stocker et de manipuler les informations sur le logiciel, ainsi que de procéder à des mises à jour. Dans ce système SQL, les BDD sont organisées selon un schéma précis, souvent sous forme de tableaux aux colonnes fixes.

 

Les applications des BDD SQL peuvent être codées avec des langages comme Python ou des programmes de SQL purs. C’est pour cette raison que ce type de bases de données nécessitent de se former à la programmation professionnelle afin d’être prises en main.

 

Quel est le principe d’une BDD No SQL ?

Les bases de données No SQL offrent de stocker des données de manière non structurée. Elles ne sont pas « relationnelles », et sont beaucoup mieux adaptées aux dynamiques du Big Data et au volume colossal de données qu’il comprend. Les BDD No SQL sont aussi plébiscitées pour la gestion des applications web en temps réel et sont compatibles avec une grande variété de technologies de stockage.

 

Très flexibles, leur absence de structure de base permet de les organiser selon des paires de valeur, des graphiques, ou toute autre organisation jugée propice par le gérant. Leur fonctionnement ne requiert pas d’utiliser un langage de programmation complexe et ces BDD No SQL sont orientées vers la collecte de document.

 

BDD SQL ou No SQL : bien comprendre les différences

Il est possible de citer quelques différences clé entre une BDD SQL et une No SQL :

 

– Les BDD SQL évoluent de manière verticale et les No SQL horizontalement. Cela signifie qu’une SQL est mise à l’échelle en fonction de l’augmentation de la quantité de données, tandis qu’une No SQL évolue selon le nombre de serveurs ressources qui lui sont dédiés.

 

– Les BDD SQL sont privilégiées pour la gestion de requêtes complexes, ce qui est impossible avec les BDD No SQL. À ce titre, les SQL sont plébiscitées pour les applications transactionnelles tandis que les No SQL sont très utilisées pour la gestion d’un très grand volume d’informations.

 

Bien comprendre les différences entre les BDD SQL et No SQL, sur le plan de leur fonctionnement comme de leur programmation, requiert de suivre une formation de niveau professionnel. À ce titre, l’ESGI propose un parcours en génie informatique qui offre la possibilité de se spécialiser en cycle mastère.

 

Chaque type de base de données (SQL ou No SQL) correspond à des besoins et à une utilisation spécifiques. Les entreprises qui y ont recours se font accompagner par des experts informatiques afin de faire le bon choix et de manipuler à bon escient ces outils technologiques.

Quels sont les langages informatiques les plus populaires ?


Actualité publiée le 14 avril 2022

langage informatique

Un langage de programmation est une langue informatique qui permet aux êtres humains d’interagir avec la machine. Le programmateur écrit un code source qui est analysé par l’ordinateur et qui induit une transformation de ses mécanismes. La programmation consiste donc à utiliser des techniques d’écriture d’algorithmes informatiques qui ont une visée opérationnelle : donner des indications comportementales à une machine. Zoom sur trois langages informatiques très populaires chez les professionnels.

 

JavaScript : le langage informatique le plus populaire

JavaScript (développé pour la première fois en 1995) est un langage informatique de programmation dont l’objectif est d’intégrer des mécanismes très complexes dans une page web. C’est ce code qui module la plateforme d’interaction entre le back-end d’un site et ses visiteurs. Il affiche tous les éléments nécessaires à la constitution d’une page Internet : le contenu statique, les animations, les menus défilants, etc. Très souvent, les développeurs professionnels utilisent JavaScript conjointement au code HTLM et CSS pour élaborer leurs pages web.

 

Langage populaire et open-source : comment fonctionne Python ?

Python, né en 1991, est un langage informatique open source très employé par les informaticiens professionnels. Il est très utilisé dans le cadre de la gestion des infrastructures informatiques, de l’analyse de données ou du développement de logiciels. C’est un outil qui propose de développer un code de manière très rapide, grâce à sa flexibilité d’utilisation. Complexe à appréhender, il se réserve aux professionnels pour :

 

– Programmer des applications.

– Créer des services web complexes.

– Générer des codes informatiques, etc.

 

Rust : le dernier-né des langages informatiques les plus populaires

La première version stable du langage Rust date de 2015 et ce langage informatique est de plus en plus populaire en raison de ses nombreux atouts. Il permet de :

 

– Coder des systèmes complexes et embarqués.

– Développer des applications web.

– Programmer des outils de lignes de commandes, etc.

 

Rust est un langage compilé : le code source est modifié par un programme appelé compilateur. Il n’est donc plus nécessaire de faire appel à un logiciel annexe, comme c’est le cas avec les langages interprétés. C’est aussi une multiplateforme : on peut l’utiliser sur tous les systèmes d’exploitation en utilisant plusieurs concepts de programmation (fonctionnelle, orientée objets, etc.).

 

Tous ces langages informatiques très populaires sont utilisés pour répondre à des objectifs précis en raison de leurs performances diverses. Les informaticiens et les développeurs professionnels apprennent tout de ces solutions de programmation au fil de leurs études techniques supérieures.

 

L’enseignement proposé à l’ESGI bénéficie d’une structure très complète, les étudiants de l’établissement apprennent et manipulent tous les langages informatiques les plus populaires du marché. Grâce à la modalité de l’apprentissage en alternance, ils prennent immédiatement ces outils en main et sont amenés à anticiper les nouveautés technologiques de leur domaine.

 

Les langages informatiques évoluent quotidiennement pour répondre aux besoins des développeurs professionnels. Ces experts effectuent à ce titre une veille constante de leur secteur afin de tout connaître des nouveaux outils les plus populaires.

Sécurité informatique et cybersécurité : quelle différence ?


Actualité publiée le 12 avril 2022

securité informatique et cybersécurité

Parfois à tort confondues, quelles sont les différences entre sécurité informatique et cybersécurité ? Comment tout connaître des deux disciplines et faire carrière dans le génie informatique.

 

En quoi consiste la sécurité informatique ?

Il s’agit d’une branche de l’informatique qui analyse les faiblesses d’un système informatique en réseau. La sécurité informatique permet donc de repérer les points d’entrée des virus comme les chevaux de Troie, les invasions de système ou encore le vol de données. Elle vise à garantir la sécurisation des accès et de l’utilisation des informations qui sont stockées dans les équipements informatiques d’une entreprise afin de protéger le système lui-même.

 

La sécurité informatique a donc recours à des outils pour renforcer le niveau de protection d’une structure : antivirus, comptes d’accès, limitation des accès au réseau interne et à Internet, etc. Les techniciens en charge de la sécurité informatique d’une structure développent ainsi une gamme sur-mesure, afin de combler les failles dans la sécurité des systèmes de leurs clients : cryptage de l’information, contrôles d’accès aux salles de serveurs physiques, etc.

 

Cybersécurité : une politique de protection de l’information

Relève de la cybersécurité les protocoles et les mesures visant à sécuriser les informations d’une entreprise. Ces méthodes privilégient la prévention afin d’éviter les attaques informatiques (le phishing, les virus, les ransomware, etc.).

 

Ainsi, la cybersécurité regroupe tous les moyens mis en œuvre pour assurer la protection informatique d’une structure. Elle assure donc une gestion des data d’une entreprise de manière optimisée et ultra-sécurisée.

 

Grâce aux méthodes de la cybersécurité, les entreprises mettent en place des plans de gestion informatique, qui comportent des actions préventives ainsi que des programmes de reprise après sinistre. C’est une discipline qui permet aussi de mettre en place des formations et des séminaires de sensibilisation auprès des collaborateurs d’une entreprise, afin qu’ils acquièrent des comportements conscients et sécurisants dans leur approche de l’outil informatique. Ainsi, elle offre aux directions des entreprises de mettre sur pied une politique de sécurité informatique solide et cohérente.

 

Les enjeux de la cybersécurité et de la sécurité informatique pour les entreprises

Plus de 70 % de la valeur d’une société réside dans ses données et les rapports des experts indiquent de plus d’une entreprise sur deux a déposé le bilan suite à un incident relevant d’un échec dans sa politique de cybersécurité. Ainsi, on comprend que les enjeux de la sécurité informatique sont si importants pour les structures professionnelles.

 

Les entreprises (PME comme multinationales), quel que soit leur secteur d’activité, cherchent donc à s’entourer d’experts en génie informatique formés aux méthodes de la sécurité informatique et de la cybersécurité. L’ESGI propose à ce titre des parcours spécialisés de très haut niveau académique et technique qui répondent aux besoins des recruteurs du secteur.

 

Pour une entreprise, apporter une attention extrême à sa sécurité informatique et à sa politique de cybersécurité est un gage de protection lui permettant de développer sereinement ses activités.

Alumni’s moment – Amin Nairi


Actualité publiée le 5 avril 2022

Amin Nairi, ancien étudiant à l’ESGI, a suivi le cursus Ingénierie du Web et revient sur ces années de formation.

Quel est ton poste actuellement ?

Mon poste actuel est professeur permanent à l’ESGI donc ma mission principale consiste à enseigner aux générations futures les différentes facettes du métier de l’internet.

 

Qu’est-ce-qui t’as plu dans ta filière ?

Les avantages de la filière Ingénierie du Web c’est que l’on a une vraie formation théorique et pratique et pour le coup c’est extrêmement utile notamment quand on va appliquer nos compétences en alternance, c’est ce qui nous permet d’être productif très rapidement.

 

Quels sont tes meilleurs souvenir à l’ESGI ?

Les souvenirs que je garde de cette formation c’est avant tout beaucoup de franche camaraderie avec les collègues de travail, ça a été vraiment un plaisir de pouvoir travailler avec eux dans la joie et la bonne humeur.

C’était aussi une formation dotée d’intervenants qui sont extrêmement compétents et qui ont à cœur de nous apprendre de nouvelles choses.

 

Si tu devais ne recommander qu’un seul logiciel, ce serait lequel ?

Si je devais recommander un seul logiciel aujourd’hui ce serait évidemment Vim parce qu’on gagne énormément de temps à éditer du texte sur ce logiciel plutôt que sur VS Code ou d’autres éditeurs de texte.

 

Quelle avancée technologique attends-tu avec impatience ?

L’avancée technologique que j’attends avec impatience c’est l’avènement de la programmation fonctionnelle dans le monde du web et plus généralement dans le monde du développement parce que je considère que ce paradigme de développement à un fort potentiel et qu’il est pour l’instant sous-estimé malheureusement.

 

Si tu avais un conseil à donner aux étudiants de l’ESGI ce serait lequel ?

Si j’avais vraiment un seul conseil à donner aux étudiants suivant un cursus à l’ESGI ce serait de ne pas se concentrer sur les notes et plutôt de se concentrer sur les technologies ce qui vous permettra de vraiment approfondir par la suite et d’apprendre des choses intéressantes, tandis que si vous vous concentrez sur les notes, vous passerez à côté de certaines choses qui seraient vraiment cool à apprendre au sein de l’ESGI.

SAS ANAPIJ

Adresse : 85 avenue Pierre Grenier – 92100 Boulogne-Billancourt
Une école
du Réseau GES
Le Réseau des Grandes Écoles Spécialisées

Etablissement d’Enseignement Supérieur Technique Privé
Dernière mise à jour : Septembre 2021

Retrouvez-nous sur

Etablissement d’Enseignement Supérieur Technique Privé
Dernière mise à jour : Septembre 2021

200