X
Une question ?
L'ESGI vous recontacte !
Être recontacté

L’ESGI met à l’honneur l’Ingénierie de la Blockchain


Actualité publiée le 15 octobre 2020

Ingénierie-de-la-Blockchain

A l’occasion de sa Blockchain week, l’ESGI revient sur sa filière dédiée à la Blockchain, pionnière en France et en Europe. Johnny Dias, ancien élève de cette filière, nous parle de cette technologie d’avenir et de son parcours à l’ESGI.

 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Johnny Dias, ancien élève de l’ESGI. Je sors de la première promotion Blockchain de l’école et j’ai été diplômé en juillet. J’ai fait mon alternance chez GFI et Accenture entre autres. En ce moment, je monte un projet avec des collègues pour faire du consulting en blockchain.

 

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la Blockchain ?

La Blockchain, c’est simplement la combinaison de plusieurs technologies comme les pair-à-pair, c’est-à-dire la connexion entre plusieurs points à l’image des logiciels comme BitTorrent. Ce sont aussi des registres ou encore de la cryptographie. Cela permet de créer un réseau de confiance entre plusieurs points sans intermédiaire.

 

À quoi sert la Blockchain ?

Il y a plusieurs utilités, la plus connue aujourd’hui, c’est le Bitcoin qui permet de faire des paiements, mais il y a d’autres utilités qui ont vu le jour comme Ethereum qui permet de développer des applications. Il y a aussi des protocoles plus spécifiques pour de la finance ou de l’immobilier, ainsi que de la traçabilité.

 

En quoi la Blockchain est-elle importante dans le milieu de l’informatique ?

A l’heure actuelle, si on regarde le marché, en France c’est encore un marché de niche. Ce sont beaucoup de start-ups qui font des choses avec la blockchain, mais il y a quand même quelques grands groupes qui s’y intéressent comme Cap Gemini ou Accenture. Il y a aussi des entreprises intermédiaires comme OCTO. Sinon il y a beaucoup d’opportunités à l’étranger, Etats-Unis, Canada, Europe de l’Est, Dubaï… Mais c’est un marché qui reste encore en plein développement.

 

Pourquoi avoir choisi cette filière ?

Au début, je ne connaissais pas du tout ce domaine, j’en avais entendu parler un petit peu, mais je n’étais pas intéressé plus que ça, je voulais faire du réseau. Monsieur Hennou (directeur de l’école) m’a convié à un Hackathon Blockchain qui a eu lieu en fin de ma deuxième année à l’ESGI, et finalement je me suis aperçu que c’était vraiment intéressant. À la fin de ma troisième année j’étais totalement convaincu et je savais que c’était ce que je voulais faire.

 

Quels sont vos projets professionnels ?

Du conseil, monter une infrastructure de conseil ou de consulting. Disons que j’ai quelques idées en tête mais je ne vais pas vous les partager tout de suite.

 

Etes-vous satisfaits de l’enseignement de la blockchain à l’ESGI ?

Oui, évidemment, sinon j’aurais changé de filière dès la fin de ma première année de Blockchain !

 

 

Kamal Hennou, directeur de l’ESGI, revient également sur la création de cette nouvelle filière au sein de son établissement.

 

 

Pourquoi avoir créé une filière dédiée à la Blockchain ? 

Il y avait un vrai besoin technique et d’expertise. On souhaitait être en première ligne pour former de vrais ingénieurs spécialistes en Blockchain. En comparant l’arrivée d’Internet sur le marché dans les années 90, les premières entreprises à l’avoir adopté sont aujourd’hui celles qui ont le monopole. Notre choix d’être la première école en France à former des experts en ingénierie Blockchain est justifiée.

 

Combien d’étudiants peut-elle accueillir ?

Il n’y a pas de limite car c’est une spécialisation qui monte, mais raisonnablement, je dirais qu’une classe par niveau d’étude est un bon chiffre.

 

Y a-t-il beaucoup de demande pour cette filière ?

Il y a une forte demande en effet, mais on essaye de prendre des gens passionnés ou qui ont une appétence pour la Blockchain, les cryptomonnaies ou le développement logiciel. Des personnes qui ont envie d’être sur cette première vague de l’intégration des Blockchain dans les start-ups ou les grandes entreprises.

 

Que pensez-vous de cette filière aujourd’hui pour l’école ? En êtes-vous fier ?

J’en suis ravi, on a de véritables experts Blockchain à la sortie. Les technologies en lien sont assez récentes, vous pouvez même en avoir qui sont sorties en 2020.  Pour les maitriser, il faut y travailler à longueur de journée, et l’avantage pour nous, c’est que nos élèves le font en classe sur de véritables projets pour être parmi les premiers consultants à la sortie.

 

Quels sont les débouchés ?

Ils sont larges, tels que développeur blockchain, architecte blockchain, chef de projet, ingénieur R&D, consultant en cryptomonnaie, directeur de l’innovation digitale ou encore consultant en sécurité et chiffrement des transactions. Certains de nos étudiants sortis de l’ESGI exerce actuellement ces métiers.

 

 

L’ingénierie de la blockchain a donc de belles années devant elle à l’ESGI et sur le marché de l’informatique, avec de nouvelles promotions qui seront diplômées chaque année et qui composeront les talents de demain.

200